inscrivez-vous Pas encore membre ? Inscrivez-vous | Connexion Connectez-vous

 
Rubrique(s) : Expositions > Claude Cahun au Jeu de Paume : itinéraire d'une rebelle transgenre


J'aime
1

Claude Cahun au Jeu de Paume : itinéraire d'une rebelle transgenre

g

L’exposition du Jeu de Paume, la première de cette importance en France depuis seize ans, réunit un large ensemble d’œuvres majeures, dont quelques pièces peu connues ou jamais exposées, et met en valeur à la fois la diversité et l’unité de la démarche photographique de Claude Cahun (1894-1954).

Pour voir le reportage d'Actuphoto au Jeu de Paume, à la rencontre du commissaire de l'exposition Claude Cahun : http://www.dailymotion.com/video/xiwcmb_santu-mofokeng-et-claude-cahun-nouvelles-expositions-du-jeu-de-paume-par-actuphoto_creation

L’œuvre photographique de Claude Cahun s’étend sur une vaste période allant de 1913 à 1954, peu avant sa mort. L’on peut penser que, depuis l’âge de quinze ou seize ans, l’artiste n’a cessé de faire appel à la photographie. Néanmoins, les œuvres qu’elle nous a léguées permettent de distinguer des périodes particulièrement productives : 1914-1920, 1926-1932, 1936-1940, 1947-1950.

Ce sont sans doute ses autoportraits qui ont suscité le plus d’intérêt parmi les théoriciens de la culture contemporaine. L’artiste s’y sert de sa propre image pour démonter un à un les clichés associés à l’identité (féminine, masculine). Claude Cahun (née Lucy Renée Mathilde Schwob) s’est réinventée à travers la photographie (comme à travers l’écriture), en posant pour l’objectif avec un sens aigu de la « performance », habillée en femme, en homme, cheveux longs ou crâne rasé (chose des plus incongrues pour une femme de l’époque). Or parler d’identité, c’est aussi parler indirectement du corps, partant, de l’image que l’on projette de soi, et qui devient sociale dès l’instant où elle est partagée. Contrairement à d’autres artistes – principalement des hommes – qui pratiquèrent le portrait sans jamais s’exposer eux-mêmes, ou rarement (Man Ray, Hans Bellmer, André Kertész), Claude Cahun est à la fois l’objet et le sujet de ses expériences artistiques. En témoignent, chez elle, le soin mis dans le choix de la pose, l’intention de celle-ci, les fonds qu’elle utilise (tissus, couvre-lits, draps, tentures...), le recours à des accessoires précis (masques, capes, survêtement, globes de verre…), même si le point focal de l’image reste essentiellement le visage lui-même.

Claude Cahun, Le Chemin des chats VI, vers1949
Conservation Bibliothèque municipale de Nantes © Bibliothèque municipale de Nantes

On retrouve certaines de ces propositions dans les travaux sur l’objet qui s’annoncent au milieu des années 1920 et se développent durant les années 1930. L’exposition s’attache à mettre en évidence la dimension particulièrement novatrice de ces recherches dont les problématiques, les procédés plastiques et symboliques (agencement scénique, superposition de clichés, photomontage), s’inscrivent dans la continuité des spéculations sur la métamorphose de soi.

L’œuvre de Claude Cahun, dont beaucoup de clichés et de manuscrits ont été perdus lors du pillage de son domicile de Jersey par les nazis, a longtemps été méconnue et tenue éloignée des regards. Grâce à cette exposition, elle est ainsi restituée dans la totalité de ses expressions. Une riche documentation sous vitrines accompagne la présentation des photographies.
On ne peut pas vraiment comprendre l’itinéraire personnel de Claude Cahun sans évoquer la complicité de son amante et compagne, Suzanne Malherbe, mieux connue sous son nom d´artiste, Moore. Certaines œuvres résultent d’une collaboration entre les deux femmes, par exemple les dix photomontages repris dans Aveux non avenus (1930), l’œuvre littéraire la plus célèbre de Claude Cahun.

La dimension politique du couple est indéniable, qui fait valoir un individualisme libertaire et un esprit de résistance contre toutes les oppressions (notamment dans la lutte contre l’oc- cupation allemande dès 1940). Elle se manifeste dans leur adhésion active au surréalisme et leur relation avec André Breton, René Crevel, Robert Desnos… Elles se sont aussi liées d´amitié, à différentes périodes, avec Henri Michaux, Adrienne Monnier, Sylvia Beach, Gaston Ferdière, etc., avant de quitter Paris pour l’île de Jersey, en 1938.

Claude Cahun et Moore, Aveux non avenus, planche I, 1929-1930
Collection particulière © Photo Béatrice Hatala



   Réagissez à cet article


Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire




Code de validation






Mots clés / Tags : claude, cahun, exposition, clich, image, paume, particuli, uvres, artiste, riodes,

Partager:

Permalien :


  Articles dans la même rubrique
  « Colour for the Republic » : the exhibition of Deutsches Historisches Museum


The exhibition is devoted for the first time exclusively to the official journalistic photo production in the German Democratic Republic using the example of colour photography. The core of the presentation comes from the extensive archives of two photojournalists, Martin Schmidt (born in 1925) and Kurt Schwarzer (1927–2012), which are now preserved in the collection of the Deutsches H...

    Lire la suite



  Jon Plasse : « The Stadium » at Bosi Contemporary

Bosi Contemporary is pleased to present The Stadium by Jon Plasse, a debut exhibition in New York City, featuring photographs of the original Yankee Stadium. The show’s emotionally charged images highlight Plasse’s frequent visits to Yankee Stadium in the last years of its existence and its demolition in 2009. Plasse returned to the site to photograph the current baseball diamond...

    Lire la suite



  The New York Hotel Particulier presents Andrew Dosunmu : « Elsewhere »

Hotel Particulier is pleased to present Andrew Dosunmu first Solo exhibition in New York - a show of 10 photographs selected from over 10 years of photography, personal and commissioned work. Each large format photographs stand by itself, a bold tribute to the profound, intense and yet extremely stylish work. A dignified statement, homage to each truly individual and anonymous, and caught by...

    Lire la suite



  « Paris 14-18, la guerre au quotidien », des photographies de Charles Lansiaux à la Galerie des bibliothèques

L’exposition

Comment les Parisiens ont-ils vécu la guerre de 1914-1918 ?
La bibliothèque historique de la ville de Paris dIspose d'un témoIgnage exceptIonneL : un reportage inédIt d'un millier d'images. Réalisé par le photographe Charles Lansiaux(1855-1939) dans les rues de la capitale. LoIn dupatriotisme impos&...

    Lire la suite



  Milomir Kovacevic présente l'exposition « Tambour », histoire d'un chien de comptoir

«Mon père s’appelait Merlin, il a enchanté Octo, ma mère. C’était l’année des T, comme Tony ; je suis né le jour de la fête de la Musique, alors c’était Tambour ou Trompette. Vu mon zizi, c’était sans équivoque ; ce fut Tambour. A l’origine, je devais vivre à la campagne,...

    Lire la suite



  Fabienne Forel et Jean-Baptiste Perrot exposés à la Galerie NegPos Fotoloft

Fabienne Forel

Limites extrêmes – Paysages aux confins de l'Europe

« Prendre la route, c'est réunifier un peu la dispersion et l'éclatement du monde. »  Frédéric Khan

Parcourant les limites extrêmes de l'Europe, je propose une vision poéti...

    Lire la suite



  « Nos Années Free » : des photographies de Gilbert Spagnoli et Guy Bonneton mises en lumière par différentes structures lyonnaises


• Des photos inédites de deux amateurs révélées par Artis MBC (notamment Céline Quagliata), En App'ART Et... et Zubl productions

Ces différents acteurs, après avoir découvert des photographies de jazz dans un grenier, ont décidé de les exposer à travers un parcours d'expositions sonores...

    Lire la suite



  «L'instant décisif», l'exposition collective en hommage à Henri Cartier-Bresson

Le site des cours photo, coup de coeur de Yann Arthus-Bertrand grainedephotographe.com, organise du 28 avril au 5 mai 2014 à Paris - Galerie Beaurepaire une exposition intitulée «L’instant décisif», en hommage à Henri Cartier-Bresson.

Grainedephotographe.com a souhaité inviter des photographes amateurs,...

    Lire la suite



 

INFORMATIONS PRATIQUES

Claude Cahun

Comment s'y rendre ?

Jeu de Paume
1 Place de la Concorde
75008 Paris
France


Localisation

Jusqu'au 25/9/2011

Statut : Expositions terminé







Suivre

 




"the event is not what happens. the event is that which can be narrated".
Allen feldman   














     Inscrivez-vous


     Dès maintenant et restez informé
     de toute l'actualité photo !