inscrivez-vous Pas encore membre ? Inscrivez-vous | Connexion Connectez-vous

 
Rubrique(s) : Expositions > Claude Cahun au Jeu de Paume : itinéraire d'une rebelle transgenre


J'aime
1

Claude Cahun au Jeu de Paume : itinéraire d'une rebelle transgenre

g

L’exposition du Jeu de Paume, la première de cette importance en France depuis seize ans, réunit un large ensemble d’œuvres majeures, dont quelques pièces peu connues ou jamais exposées, et met en valeur à la fois la diversité et l’unité de la démarche photographique de Claude Cahun (1894-1954).

Pour voir le reportage d'Actuphoto au Jeu de Paume, à la rencontre du commissaire de l'exposition Claude Cahun : http://www.dailymotion.com/video/xiwcmb_santu-mofokeng-et-claude-cahun-nouvelles-expositions-du-jeu-de-paume-par-actuphoto_creation

L’œuvre photographique de Claude Cahun s’étend sur une vaste période allant de 1913 à 1954, peu avant sa mort. L’on peut penser que, depuis l’âge de quinze ou seize ans, l’artiste n’a cessé de faire appel à la photographie. Néanmoins, les œuvres qu’elle nous a léguées permettent de distinguer des périodes particulièrement productives : 1914-1920, 1926-1932, 1936-1940, 1947-1950.

Ce sont sans doute ses autoportraits qui ont suscité le plus d’intérêt parmi les théoriciens de la culture contemporaine. L’artiste s’y sert de sa propre image pour démonter un à un les clichés associés à l’identité (féminine, masculine). Claude Cahun (née Lucy Renée Mathilde Schwob) s’est réinventée à travers la photographie (comme à travers l’écriture), en posant pour l’objectif avec un sens aigu de la « performance », habillée en femme, en homme, cheveux longs ou crâne rasé (chose des plus incongrues pour une femme de l’époque). Or parler d’identité, c’est aussi parler indirectement du corps, partant, de l’image que l’on projette de soi, et qui devient sociale dès l’instant où elle est partagée. Contrairement à d’autres artistes – principalement des hommes – qui pratiquèrent le portrait sans jamais s’exposer eux-mêmes, ou rarement (Man Ray, Hans Bellmer, André Kertész), Claude Cahun est à la fois l’objet et le sujet de ses expériences artistiques. En témoignent, chez elle, le soin mis dans le choix de la pose, l’intention de celle-ci, les fonds qu’elle utilise (tissus, couvre-lits, draps, tentures...), le recours à des accessoires précis (masques, capes, survêtement, globes de verre…), même si le point focal de l’image reste essentiellement le visage lui-même.

Claude Cahun, Le Chemin des chats VI, vers1949
Conservation Bibliothèque municipale de Nantes © Bibliothèque municipale de Nantes

On retrouve certaines de ces propositions dans les travaux sur l’objet qui s’annoncent au milieu des années 1920 et se développent durant les années 1930. L’exposition s’attache à mettre en évidence la dimension particulièrement novatrice de ces recherches dont les problématiques, les procédés plastiques et symboliques (agencement scénique, superposition de clichés, photomontage), s’inscrivent dans la continuité des spéculations sur la métamorphose de soi.

L’œuvre de Claude Cahun, dont beaucoup de clichés et de manuscrits ont été perdus lors du pillage de son domicile de Jersey par les nazis, a longtemps été méconnue et tenue éloignée des regards. Grâce à cette exposition, elle est ainsi restituée dans la totalité de ses expressions. Une riche documentation sous vitrines accompagne la présentation des photographies.
On ne peut pas vraiment comprendre l’itinéraire personnel de Claude Cahun sans évoquer la complicité de son amante et compagne, Suzanne Malherbe, mieux connue sous son nom d´artiste, Moore. Certaines œuvres résultent d’une collaboration entre les deux femmes, par exemple les dix photomontages repris dans Aveux non avenus (1930), l’œuvre littéraire la plus célèbre de Claude Cahun.

La dimension politique du couple est indéniable, qui fait valoir un individualisme libertaire et un esprit de résistance contre toutes les oppressions (notamment dans la lutte contre l’oc- cupation allemande dès 1940). Elle se manifeste dans leur adhésion active au surréalisme et leur relation avec André Breton, René Crevel, Robert Desnos… Elles se sont aussi liées d´amitié, à différentes périodes, avec Henri Michaux, Adrienne Monnier, Sylvia Beach, Gaston Ferdière, etc., avant de quitter Paris pour l’île de Jersey, en 1938.

Claude Cahun et Moore, Aveux non avenus, planche I, 1929-1930
Collection particulière © Photo Béatrice Hatala



   Réagissez à cet article


Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire




Code de validation






Mots clés / Tags : claude, cahun, exposition, clich, image, paume, particuli, uvres, artiste, riodes,

Partager:

Permalien :


  Articles dans la même rubrique
  « Imagina » : Photographies mexicaines au Domaine du Tournefou
Le Domaine du Tournefou expose Imagina, regards singuliers de quatre photographes mexicaines de renommée internationale : une mosaïque visuelle entre tradition et modernité, rites et interprétations, rêves et paysages … Ce sont des images surprenantes, imprévues, où l’instant contient le poids des ombres, la brûlure inv...

    Lire la suite


  Ann Massal présente « Plumages / Déplumages » aux Puces de Saint-Ouen
Dans le silence cotonneux des plumes, les chairs frissonnent et se dévoilent.
Les corps s’empourprent de leur propre nudité lorsque la lente plumaison du vivant les rapproche de la mort. Les diptyques photographiques d’Ann Massal plongent le spectateur dans l’espace du “ma”, cet entre-deux qui pour les Japonais relie les choses et donne à chacune un sens....

    Lire la suite


  « Fragments » : une exposition de Rachel Rom à la Galerie E.G.P
La Galerie E.G.P présente Fragments, une exposition personnelle des photographies de l’artiste Rachel Rom, du 24 octobre au 20 décembre 2014.

Les photographies de Rachel Rom évoquent les images fixes d’un film en noir et blanc dont les personnages, souvent flous ou distants, se révèlent au spectateur tout en se dérobant ...

    Lire la suite


  « L’Expérience de l’auto-portrait » : Ateliers - Exposition - Conférence par l’artiste photographe Cristina Nuñez
Artiste espagnole née à Figueras, Cristina Nuñez s’est formée à la photographie en autodidacte. En 1988, cherchant à surmonter des difficultés personnelles, Cristina Nuñez commence à prendre des autoportraits en privé. Donnant forme à ses émotions, révélant sa présence au monde, lui permettant de porter un regard sans complaisance sur elle-même, mais aussi de ...

    Lire la suite


  « ‘’Ukraine’’…aux confins de la Bucovine ! » : une exposition de Marie-José et Claude Carret à la Péniche spectacle
En pensant à la Bucovine Ukrainienne nous sommes habités tout de suite par sentiment d’émerveillement, des images apparaissent instantanément: Scènes qui nous ramènent aux peintures des artistes hollandais et flamands du XVII siècle. Pays beau et divers dans un milieu rural et traditionnel où l’on aime se perdre, et sentir qu...

    Lire la suite


  « Quinze minutes la nuit au rythme de la respiration » : une exposition d'Alix Cléo Roubaud à la BNF
La Bibliothèque nationale de France présente à l’automne 2014 quelque deux cents photographies, des textes inédits et des documents de travail d’Alix Cléo Roubaud. La Bibliothèque offre ainsi la première rétrospective consacrée à l’œuvre de cette artiste à qui il revient une place singulière dans l’histoire de la photographie, celle d’une...

    Lire la suite


  « \Espace\\Couleur\\Temps\ » : une exposition d'Erick Derac à la Little Big Galerie
Une pratique chirurgicale de la photographie

Erick Derac est un artiste visuel. Il manipule des matériaux (souvent d’origine photographique) des formes (provenant du réel et de divers rebus) et des couleurs (issues de gélatines ou de fichiers informatiques).
Erick Derac fait appel aux technologies de reproduction les plus pointues q...

    Lire la suite


  Sabine Guédamour présente « Consolation » à la Galerie Spéos
Dans le massif du Jura, le Val de Consolation creuse un paysage de pierres et d’eau, d’arbres et de lumière. Au hasard d’une rencontre et menée par une envie de fugue, Sabine Guédamour le découvre en 2010, encombrée de son matériel photographique et de son trépied. Seule la marche permet d’y accéder et le paysage s&rsq...

    Lire la suite


 

INFORMATIONS PRATIQUES

Claude Cahun

Comment s'y rendre ?

Jeu de Paume
1 Place de la Concorde
75008 Paris
France


Localisation

Jusqu'au 25/9/2011

Statut : Expositions terminé







Suivre

 




Aujourd'hui, ma photo est une réflexion qui se concrétise dans l'action et aboutit à une méditation. La spontanéité - le moment suspendu - intervient pendant l'action, à la prise de vue. Une réflexion sur le propos la précède. Une méditation sur la finalité la suit. C'est là, pendant ce moment exaltant et fragile, que s'élabore la véritable écriture photographique : la mise en séquence des photos. Le souffle de l'écrivain est alors nécessaire à cette entreprise. Le photographe, n'est il pas celui qui écrit avec la lumière ? Mais à la différence de l'écrivain qui possède son verbe, le photographe est, lui, possédé par sa photo, par la limite du réel qu'il doit transcender pour ne pas en devenir prisonnier.
Abbas   














     Inscrivez-vous


     Dès maintenant et restez informé
     de toute l'actualité photo !