inscrivez-vous Pas encore membre ? Inscrivez-vous | Connexion Connectez-vous

 
Rubrique(s) : Expositions > Claude Cahun au Jeu de Paume : itinéraire d'une rebelle transgenre


J'aime
1

Claude Cahun au Jeu de Paume : itinéraire d'une rebelle transgenre

g

L’exposition du Jeu de Paume, la première de cette importance en France depuis seize ans, réunit un large ensemble d’œuvres majeures, dont quelques pièces peu connues ou jamais exposées, et met en valeur à la fois la diversité et l’unité de la démarche photographique de Claude Cahun (1894-1954).

Pour voir le reportage d'Actuphoto au Jeu de Paume, à la rencontre du commissaire de l'exposition Claude Cahun : http://www.dailymotion.com/video/xiwcmb_santu-mofokeng-et-claude-cahun-nouvelles-expositions-du-jeu-de-paume-par-actuphoto_creation

L’œuvre photographique de Claude Cahun s’étend sur une vaste période allant de 1913 à 1954, peu avant sa mort. L’on peut penser que, depuis l’âge de quinze ou seize ans, l’artiste n’a cessé de faire appel à la photographie. Néanmoins, les œuvres qu’elle nous a léguées permettent de distinguer des périodes particulièrement productives : 1914-1920, 1926-1932, 1936-1940, 1947-1950.

Ce sont sans doute ses autoportraits qui ont suscité le plus d’intérêt parmi les théoriciens de la culture contemporaine. L’artiste s’y sert de sa propre image pour démonter un à un les clichés associés à l’identité (féminine, masculine). Claude Cahun (née Lucy Renée Mathilde Schwob) s’est réinventée à travers la photographie (comme à travers l’écriture), en posant pour l’objectif avec un sens aigu de la « performance », habillée en femme, en homme, cheveux longs ou crâne rasé (chose des plus incongrues pour une femme de l’époque). Or parler d’identité, c’est aussi parler indirectement du corps, partant, de l’image que l’on projette de soi, et qui devient sociale dès l’instant où elle est partagée. Contrairement à d’autres artistes – principalement des hommes – qui pratiquèrent le portrait sans jamais s’exposer eux-mêmes, ou rarement (Man Ray, Hans Bellmer, André Kertész), Claude Cahun est à la fois l’objet et le sujet de ses expériences artistiques. En témoignent, chez elle, le soin mis dans le choix de la pose, l’intention de celle-ci, les fonds qu’elle utilise (tissus, couvre-lits, draps, tentures...), le recours à des accessoires précis (masques, capes, survêtement, globes de verre…), même si le point focal de l’image reste essentiellement le visage lui-même.

Claude Cahun, Le Chemin des chats VI, vers1949
Conservation Bibliothèque municipale de Nantes © Bibliothèque municipale de Nantes

On retrouve certaines de ces propositions dans les travaux sur l’objet qui s’annoncent au milieu des années 1920 et se développent durant les années 1930. L’exposition s’attache à mettre en évidence la dimension particulièrement novatrice de ces recherches dont les problématiques, les procédés plastiques et symboliques (agencement scénique, superposition de clichés, photomontage), s’inscrivent dans la continuité des spéculations sur la métamorphose de soi.

L’œuvre de Claude Cahun, dont beaucoup de clichés et de manuscrits ont été perdus lors du pillage de son domicile de Jersey par les nazis, a longtemps été méconnue et tenue éloignée des regards. Grâce à cette exposition, elle est ainsi restituée dans la totalité de ses expressions. Une riche documentation sous vitrines accompagne la présentation des photographies.
On ne peut pas vraiment comprendre l’itinéraire personnel de Claude Cahun sans évoquer la complicité de son amante et compagne, Suzanne Malherbe, mieux connue sous son nom d´artiste, Moore. Certaines œuvres résultent d’une collaboration entre les deux femmes, par exemple les dix photomontages repris dans Aveux non avenus (1930), l’œuvre littéraire la plus célèbre de Claude Cahun.

La dimension politique du couple est indéniable, qui fait valoir un individualisme libertaire et un esprit de résistance contre toutes les oppressions (notamment dans la lutte contre l’oc- cupation allemande dès 1940). Elle se manifeste dans leur adhésion active au surréalisme et leur relation avec André Breton, René Crevel, Robert Desnos… Elles se sont aussi liées d´amitié, à différentes périodes, avec Henri Michaux, Adrienne Monnier, Sylvia Beach, Gaston Ferdière, etc., avant de quitter Paris pour l’île de Jersey, en 1938.

Claude Cahun et Moore, Aveux non avenus, planche I, 1929-1930
Collection particulière © Photo Béatrice Hatala



   Réagissez à cet article


Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire




Code de validation






Mots clés / Tags : claude, cahun, exposition, clich, image, paume, particuli, uvres, artiste, riodes,

Partager:

Permalien :


  Articles dans la même rubrique
  « La tentation du paysage » de Jean Gaumy, exposée à l'Abbaye de Jumièges

« La Tentation du Paysage » n’est pas seulement une exposition. C’est aussi un arrêt sur le cheminement du travail de Jean Gaumy, une tentative pour saisir son œuvre en mutation, qu’il regarde étonné, comme un objet vivant.

La Tentation du Paysage, la photographie sous divers angles

L&r...

    Lire la suite



  Jean-Marie Périer présente son exposition «Mes années 60 - Salut les Copains»




Bourbon-Lancy, cité médiévale de Bourgogne du Sud, donne rendez-vous au grand public et à tous les amoureux de la photographie du 12 juillet au 15 septembre pour les 6e Rencontres Européennes du Portrait Photographique, « l’Été des Portraits ». Le portrait s’affiche dans les rues de la ville et...

    Lire la suite


  Matthew Albanese présente sa série « STRANGE WORLDS » chez Colette
Matthew Albanese s'est fasciné très tôt pour le cinema et sa magie, les effets spéciaux, les mécaniques qui se cachent derrière ces illusions. Né en 1983 dans le nord du New Jersey, Albanese a passé une enfance entre le New Jersey et le nord de l'état de New-York. Comme un enfant unique joue souvent seul, Albanese était d...

    Lire la suite


  Christophe Guye Galerie present the exhibition « Self-Portrait », Jun AHN
Christophe Guye Galerie announce the solo exhibition of Jun Ahn (*1981, South Korea). The exhibition presents a comprehensive overview of « Self-Portrait », Jun Ahn’s most prominent series. The self-portrait has become de rigueur among female photographers since Cindy Sherman and Francesca Woodman made their now canonical works of the 1970s. Nikki Lee revived the genre i...

    Lire la suite


  La Young Gallery présente la nouvelle exposition d’Albert Watson intitulée « Silver linings »


L’exposition « Silver Linings » d’Albert Watson rassemble une collection de tirages argentiques, provenant chacune d’une édition spéciale de seulement 10 pièces.



















Elle compren...

    Lire la suite


  Alfred Stieglitz: The Art of Photogravure
This display of ten, rare large-format photogravures by Alfred Stieglitz showcases the creative process of an artist. These exquisite versions of some of Stieglitz’s most important photographs were in his private collection at the time of his death. They reveal how the artist tested inks and papers in his efforts to best relay the beauty of the world and his vision. The exhibition is drawn f...

    Lire la suite


  Underground: Photographs by Kathy Sherman Suder
Photographer Kathy Sherman Suder gained international acclaim in 2004 for her poetic, oversized color close-ups of men boxing. Now she returns with an intimate sonnet to urban transit. The culmination of more than six years of photographing people riding the subways of London, New York, and Tokyo, this exhibition of twelve oversized works, reflects a symphony of performance. On Suder’s confi...

    Lire la suite


  Exposition « ephemera » de Armand Quetsch au petit espace

« ephemera est une déclaration d’amour. Quand Armand Quetsch décide de se pencher sur les images qu’il réalisait au quotidien depuis des années, c’est pour en faire un livre privé, un cadeau à destination de son épouse chérie. Fragments picturaux d’un discours amoureux, lettre à Elise composé...

    Lire la suite


 

INFORMATIONS PRATIQUES

Claude Cahun

Comment s'y rendre ?

Jeu de Paume
1 Place de la Concorde
75008 Paris
France


Localisation

Jusqu'au 25/9/2011

Statut : Expositions terminé







Suivre

 




J'avais toujours pensé que la photographie était une occupation diabolique. C'était là un de mes sujets de réflexion favoris, et je me suis sentie vraiment perverse la première fois où je m'y suis livrée.
Diane Arbus   














     Inscrivez-vous


     Dès maintenant et restez informé
     de toute l'actualité photo !