inscrivez-vous Pas encore membre ? Inscrivez-vous | Connexion Connectez-vous

 
Rubrique(s) : Expositions > Retrospective Jane Evelyn Atwood à la MEP : Mère des Douleurs


J'aime
0

Retrospective Jane Evelyn Atwood à la MEP : Mère des Douleurs

g

Première grande rétrospective consacrée à la photographe américaine Jane Evelyn Atwood, l’exposition rend compte de trente-cinq ans de travail, des prostituées de la rue des Lombards aux rues de Port au Prince. Organisés autour de six séries majeures (les prostituées, les aveugles, les femmes en prison, Jean-Louis/Vivre et mourir du sida, les victimes de mines antipersonnels, Haïti) et d’une vingtaine de photographies inédites sur différents sujets, les quelques 200 tirages de l’exposition retracent le parcours d’une photographe sans concession, sensible aux destins de ceux que leur condition et les drames de la vie ont rejeté à la périphérie, loin des regards de la société.

 

Pour voir le reportage Actuphoto à la MEP : http://www.dailymotion.com/video/xjrwbb_l-ete-2011-de-la-maison-europenne-de-la-photographie-jane-evelyn-atwood-xavier-lambours-de-l-air_creation

 

Née à New York et vivant à Paris depuis 1971, Jane Evelyn Atwood fait l’acquisition de son premier appareil photo en 1975 et commence à photographier un groupe de prostituées à Paris. C’est en partie la force de ces images qui lui valut d’obtenir la première bourse de la Fondation W. Eugene Smith en 1980 pour un autre sujet qu’elle venait d’aborder : les enfants aveugles. Elle n’avait encore jamais publié de photo.
Au cours des années suivantes, Jane Evelyn Atwood réalise plusieurs séries choisies avec soin, parmi lesquelles un reportage de dix-huit mois sur un régiment de la Légion étrangère où elle suit les soldats de Beyrouth au Tchad ; une chronique de quatre mois et demi sur le premier malade du sida en France, qu’elle accompagne jusqu’à sa mort ; et une étude de quatre ans sur les victimes de mines antipersonnels qui la conduit du Cambodge en Angola,en passant par le Kosovo, le Mozambique et l’Afghanistan, toujours avec le même regard personnel et engagé.
En 1989, elle entreprend de photographier les femmes incarcérées et parvient à avoir accès à certains des pires centres pénitentiaires et prisons du monde, y compris aux quartiers des condamnées à mort. Ce travail monumental de dix années, portant sur quarante prisons dans neuf pays d’Europe et aux États-Unis, reste aujourd’hui un témoignage photographique déterminant sur le sort des femmes emprisonnées. Il a fait l’objet d’un livre publié en anglais et en français et continue d’être exposé dans le monde entier.
Les femmes sont à nouveau au coeur des préoccupations de la photographe dans un projet intitulé A contre-coups, conçu et réalisé en collaboration avec Annette Lucas. Quinze portraits écrits et photographiques livrent le récit de violences faites aux femmes, refusant le misérabilisme, ces portraits témoignent avec force du courage et du sentiment de liberté que ces femmes ont su reconquérir.

En 2005, Jane Evelyn Atwood se rend à Haïti, sa vision rompt radicalement avec l’imagerie que l’actualité impose régulièrement pour évoquer ce pays. Fascinée par ses habitants, la photographe choisit d’utiliser la couleur, avec ses ombres et ses contrastes, pour témoigner de la dignité et des espoirs d’un peuple qui ne se résout pas à la fatalité.

Les Gonaïves, Haïti, 2005 © Jane Evelyn Atwood


L’œuvre de Jane Evelyn Atwood traduit une profonde intimité avec ses sujets, tissée au fil des années. Fascinée par les personnes hors normes et par la notion d’exclusion, elle pénètre des mondes que la plupart d’entre nous ignorent ou décident d’ignorer. Elle se consacre entièrement aux sujets qui la mobilisent, donnant à chacun le temps nécessaire - parfois plusieurs années - pour le sonder au-delà des apparences.

Si cette exploration, en profondeur, caractérise sa démarche photographique, elle a néanmoins couvert ponctuellement des événements de l’actualité, tels le tremblement de terre de Kobe en 1995, les attentats contre le World Trade Center du 11 septembre 2001 et la Convention démocrate de 2004.
Jane Evelyn Atwood qualifie sa méthode d’ “obsessionnelle”. Elle ne passe à un autre sujet que lorsqu’elle a le sentiment d’avoir pleinement compris celui qui l’absorbait et sa relation personnelle avec lui, jusqu’à ce que ses images traduisent cette empathie.
«A travers ses choix personnels, Atwood va toujours, semble-t-il, vers la difficulté, comme un défi, se plaçant souvent, au regarde des autres, de nous, spectateurs, à la frontière de l’interdit. Les prostituées de la rue des Lombards, un asile de vieillards, les légionnaires, un malade du sida, la pauvreté, les femmes en prison... toujours une histoire d’enfermement et de frontière, de gens à part et, à chaque fois, la photographe s’immerge dans son sujet, s’y engage corps et âme, à ses risques et périls, avec un désir de témoigner ou de changer certaines idées reçues sur ces mondes clos et les drames qu’elle rencontre en révélant à la fois la beauté et la cruauté, la mélancolie et l’ambiguïté ».

Eduardo Manet, in Extérieur Nuit, Collection Photo Poche Société, Ed. Actes Sud, 1998.

Vignette : Jane Evelyn Atwood  © Actuphoto






  Les réactions & commentaires

Les fautes d'orthographe sont-elles vraiment indispensables (ou inévitables) ?

   cb | Signaler un abus 2011-17-08 9:59:41



   Réagissez à cet article


Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire




Code de validation






Mots clés / Tags : atwood, evelyn, femmes, photographe, prostitu, photo, toujours, sujets, sujet,

Partager:

Permalien :


  Articles dans la même rubrique
  Diana Lui et LiLiRoze, deux photographes mises à l'honneur par la Galerie Carole Decombe
À lʼoccasion du Mois de la Photo, la Galerie Carole Decombe met à lʼhonneur une sélection de photographies de Diana Lui et de LiLiRoze : deux femmes photographes aux démarches bien distinctes, une inspiration commune pour aller au cœur de lʼintime, un intime bien souvent féminin.

Photographe, artiste plasticienne et réalisatrice, Diana Lui fait...

    Lire la suite


  « Correspondances » d'Hector Olguin à la galerie Planète Rouge
« Héctor Olguin crée et met en scène un ensemble de personnages excentriques, dont chacun est un morceau de lui-même, un fragment où divers aspects de sa personnalité coexistent. L’identité de l’artiste se déploie ainsi en une nuée de silhouettes incertaines et fébriles, opérant des traversées ...

    Lire la suite


  J.P. Morgan présente « Camera as release » au Grand Palais pour Paris Photo 2014
J.P. Morgan renouvelle sa présence à Paris Photo en exposant une sélection de photographies issues de sa propre collection, la JPMorgan Chase Art Collection, célébrant le 55e anniversaire de la collection.

La sélection réalisée par Lisa K. Erf, directrice et curatrice de la collection, comprendra des œuvres photographiques présentant un panorama de cinq déc...

    Lire la suite


  20 ans de Photographie avec Régis Colombo
En 20 ans, la photographie a traversé des mutations radicales: techniques bien entendu avec la révolution numérique, mais aussi esthétiques avec une explosion des champs de l’expérimentation artistique, des supports, des interpénétrations avec d’autres formes d’expression visuelle.
Les possibilités semblent aujourd&rs...

    Lire la suite


  Still/Life - Dutch Contemporary Photography
The group exhibition Still/Life - Contemporary Dutch Photography is centered on the art historical theme of the still life and comprises works of a large number of emerging and established Dutch visual artists. The autonomous and commercial work of Dutch photographers has a recognizable, fresh style that is also characteristic of so-called Dutch Design. The latter refers to a typically Dutch aesth...

    Lire la suite


  « Les petits trains » de Paula Bouffioux
La galerie de l’Alliance française de Bruxelles-Europe vous invite à découvrir le travail de Paula Bouffioux. Cette photographe bruxelloise nous livre son regard sur Ferro Schaerbeek Rail, un club de passionnés de trains miniatures. L’exposition aborde la question de notre rapport au réel, au temps et au jeu. La photographe s’est faufilée...

    Lire la suite


  Le Studio Marlot et Chopard présente « Printed Memories »
Cette exposition permettra de découvrir leur série la plus récente, Souvenirs d’Italie en regard avec les Black houses, série inaugurale dans leur œuvre en noir et blanc. Ces deux séries de photographies se relient tant par le procédé d’inversion des valeurs de noir et de blanc que par le thème de la mémoire.

Dans la série Black houses comme dan...

    Lire la suite


  Polixeni Papapetrou presents « Lost Psyche »
In Lost Psyche, Polixeni Papapetrou portrays emblematic figures that have come to the end of their tradition, their rationale, their place in the world. These intriguing and charismatic characters—the poet, the tourist, the immigrant, among others—bring to life antique Victorian paper masks. Yet, despite being cast beyond our immediate reality, their costumes harking back to earlier ti...

    Lire la suite


 

INFORMATIONS PRATIQUES

Jane Evelyn Atwood

Comment s'y rendre ?

Maison Européenne de la Photographie
5, 7 Rue de Fourcy
75004 Paris
France


Localisation

Jusqu'au 25/9/2011

Statut : Expositions terminé







Suivre

 




Les touristes découvrent sur leurs photos les sites qu'ils avaient renoncé à regarder pour trouver le temps de les prendre.
Jean Delacour   














     Inscrivez-vous


     Dès maintenant et restez informé
     de toute l'actualité photo !