inscrivez-vous Pas encore membre ? Inscrivez-vous | Connexion Connectez-vous

 
Rubrique(s) : Expositions > Retrospective Jane Evelyn Atwood à la MEP : Mère des Douleurs


J'aime
0

Retrospective Jane Evelyn Atwood à la MEP : Mère des Douleurs

g

Première grande rétrospective consacrée à la photographe américaine Jane Evelyn Atwood, l’exposition rend compte de trente-cinq ans de travail, des prostituées de la rue des Lombards aux rues de Port au Prince. Organisés autour de six séries majeures (les prostituées, les aveugles, les femmes en prison, Jean-Louis/Vivre et mourir du sida, les victimes de mines antipersonnels, Haïti) et d’une vingtaine de photographies inédites sur différents sujets, les quelques 200 tirages de l’exposition retracent le parcours d’une photographe sans concession, sensible aux destins de ceux que leur condition et les drames de la vie ont rejeté à la périphérie, loin des regards de la société.

 

Pour voir le reportage Actuphoto à la MEP : http://www.dailymotion.com/video/xjrwbb_l-ete-2011-de-la-maison-europenne-de-la-photographie-jane-evelyn-atwood-xavier-lambours-de-l-air_creation

 

Née à New York et vivant à Paris depuis 1971, Jane Evelyn Atwood fait l’acquisition de son premier appareil photo en 1975 et commence à photographier un groupe de prostituées à Paris. C’est en partie la force de ces images qui lui valut d’obtenir la première bourse de la Fondation W. Eugene Smith en 1980 pour un autre sujet qu’elle venait d’aborder : les enfants aveugles. Elle n’avait encore jamais publié de photo.
Au cours des années suivantes, Jane Evelyn Atwood réalise plusieurs séries choisies avec soin, parmi lesquelles un reportage de dix-huit mois sur un régiment de la Légion étrangère où elle suit les soldats de Beyrouth au Tchad ; une chronique de quatre mois et demi sur le premier malade du sida en France, qu’elle accompagne jusqu’à sa mort ; et une étude de quatre ans sur les victimes de mines antipersonnels qui la conduit du Cambodge en Angola,en passant par le Kosovo, le Mozambique et l’Afghanistan, toujours avec le même regard personnel et engagé.
En 1989, elle entreprend de photographier les femmes incarcérées et parvient à avoir accès à certains des pires centres pénitentiaires et prisons du monde, y compris aux quartiers des condamnées à mort. Ce travail monumental de dix années, portant sur quarante prisons dans neuf pays d’Europe et aux États-Unis, reste aujourd’hui un témoignage photographique déterminant sur le sort des femmes emprisonnées. Il a fait l’objet d’un livre publié en anglais et en français et continue d’être exposé dans le monde entier.
Les femmes sont à nouveau au coeur des préoccupations de la photographe dans un projet intitulé A contre-coups, conçu et réalisé en collaboration avec Annette Lucas. Quinze portraits écrits et photographiques livrent le récit de violences faites aux femmes, refusant le misérabilisme, ces portraits témoignent avec force du courage et du sentiment de liberté que ces femmes ont su reconquérir.

En 2005, Jane Evelyn Atwood se rend à Haïti, sa vision rompt radicalement avec l’imagerie que l’actualité impose régulièrement pour évoquer ce pays. Fascinée par ses habitants, la photographe choisit d’utiliser la couleur, avec ses ombres et ses contrastes, pour témoigner de la dignité et des espoirs d’un peuple qui ne se résout pas à la fatalité.

Les Gonaïves, Haïti, 2005 © Jane Evelyn Atwood


L’œuvre de Jane Evelyn Atwood traduit une profonde intimité avec ses sujets, tissée au fil des années. Fascinée par les personnes hors normes et par la notion d’exclusion, elle pénètre des mondes que la plupart d’entre nous ignorent ou décident d’ignorer. Elle se consacre entièrement aux sujets qui la mobilisent, donnant à chacun le temps nécessaire - parfois plusieurs années - pour le sonder au-delà des apparences.

Si cette exploration, en profondeur, caractérise sa démarche photographique, elle a néanmoins couvert ponctuellement des événements de l’actualité, tels le tremblement de terre de Kobe en 1995, les attentats contre le World Trade Center du 11 septembre 2001 et la Convention démocrate de 2004.
Jane Evelyn Atwood qualifie sa méthode d’ “obsessionnelle”. Elle ne passe à un autre sujet que lorsqu’elle a le sentiment d’avoir pleinement compris celui qui l’absorbait et sa relation personnelle avec lui, jusqu’à ce que ses images traduisent cette empathie.
«A travers ses choix personnels, Atwood va toujours, semble-t-il, vers la difficulté, comme un défi, se plaçant souvent, au regarde des autres, de nous, spectateurs, à la frontière de l’interdit. Les prostituées de la rue des Lombards, un asile de vieillards, les légionnaires, un malade du sida, la pauvreté, les femmes en prison... toujours une histoire d’enfermement et de frontière, de gens à part et, à chaque fois, la photographe s’immerge dans son sujet, s’y engage corps et âme, à ses risques et périls, avec un désir de témoigner ou de changer certaines idées reçues sur ces mondes clos et les drames qu’elle rencontre en révélant à la fois la beauté et la cruauté, la mélancolie et l’ambiguïté ».

Eduardo Manet, in Extérieur Nuit, Collection Photo Poche Société, Ed. Actes Sud, 1998.

Vignette : Jane Evelyn Atwood  © Actuphoto






  Les réactions & commentaires

Les fautes d'orthographe sont-elles vraiment indispensables (ou inévitables) ?

   cb | Signaler un abus 2011-17-08 9:59:41



   Réagissez à cet article


Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire




Code de validation






Mots clés / Tags : atwood, evelyn, femmes, photographe, prostitu, photo, toujours, sujets, sujet,

Partager:

Permalien :


  Articles dans la même rubrique
  « De grâce, un geste ! » de Marc Riboud au musée d'art moderne Richard Anacreon
Photographe majeur du XXème siècle, Marc Riboud, né en 1923 près de Lyon, est à l’honneur au Musée d’art moderne Richard Anacréon à Granville pendant l’été 2014, en écho avec l’exposition Dior Images de légende présentée au musée Christian Dior.

« Infatigable promeneur du monde », Marc Riboud a sillo...

    Lire la suite


  « Photos Trouvées » à la Maison Doisneau
Photos Trouvées est né de l'envie de partager un étonnement face à la vivacité photographique qui se donne à voir dans les images d'amateurs du 20 ème siècle. Il s'agit d'une invitation à s'affranchir de la prétendue banalité de ces photographies pour mieux reconsidérer la singularité et l'imprévisibilité de chacune d'entre elles. ...

    Lire la suite


  La bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône présente « The Summer of Us » de Autio Narelle
Cette année la Bibliothèque départementale des Bouches-du-rhône vous propose de partir à des milliers de kilomètres de marseille pour vivre Une Saison océanienne. une trentaine de bibliothèques des Bouches-du-rhône, associées à ce projet, vous présentent l’australie, la nouvelle-Zélande et la papouasie, au travers des lectures à haute voix, des rencontres...

    Lire la suite


  « Yearbook » of Ryan McGinley at Team Gallery
Yearbook is a single artwork that consists of over five hundred studio portraits of some two hundred models, always in the nude, printed on vinyl and adhered to every available inch of the gallery’s walls and ceilings. The installation’s effect is hugely impressive in its standalone visual power, an enveloping entity flooding the entire space with bold color and form. Although...

    Lire la suite


  Wanda Skonieczny à la galerie Pierre et Renée
Photographe plasticienne qui poursuit depuis une quinzaine d'années ses recherches sur la matière photographique, Wanda Skonieczny « développe une technique d'images imprimées sur tissu aux formats en liens avec les lieux, le public, pour un face à face avec ses modèles

La photographe pose la question de ce qu'est le medium de la photog...

    Lire la suite


  La Galerie du Pont Neuf présente Rodolphe Sebbah
Après trente années passées dans le milieu du négoce des pierres précieuses, Rodolphe Sebbah se consacre désormais uniquement à la photographie. Quand il commence à s’intéresser à celle-ci il y a quelques années c’est immédiatement et naturellement dans les rue qu’il descend. Seul le spectacle de ...

    Lire la suite


  The Walther Collection present a survey of photography by Samuel Fosso
The Walther Collection is pleased to present a survey of photography by Samuel Fosso (b. 1962, Cameroon), one of the most renowned contemporary artists working in Africa. Since the mid- 1970s, Fosso has focused on self-portraiture by transforming his body through performance, en- visioning variations on African identity in the postcolonial era.

His early experimental works and later...

    Lire la suite


  « La tentation du paysage » de Jean Gaumy, exposée à l'Abbaye de Jumièges

« La Tentation du Paysage » n’est pas seulement une exposition. C’est aussi un arrêt sur le cheminement du travail de Jean Gaumy, une tentative pour saisir son œuvre en mutation, qu’il regarde étonné, comme un objet vivant.

La Tentation du Paysage, la photographie sous divers angles

L&r...

    Lire la suite



 

INFORMATIONS PRATIQUES

Jane Evelyn Atwood

Comment s'y rendre ?

Maison Européenne de la Photographie
5, 7 Rue de Fourcy
75004 Paris
France


Localisation

Jusqu'au 25/9/2011

Statut : Expositions terminé







Suivre

 




Aujourd'hui, ma photo est une réflexion qui se concrétise dans l'action et aboutit à une méditation. La spontanéité - le moment suspendu - intervient pendant l'action, à la prise de vue. Une réflexion sur le propos la précède. Une méditation sur la finalité la suit. C'est là, pendant ce moment exaltant et fragile, que s'élabore la véritable écriture photographique : la mise en séquence des photos. Le souffle de l'écrivain est alors nécessaire à cette entreprise. Le photographe, n'est il pas celui qui écrit avec la lumière ? Mais à la différence de l'écrivain qui possède son verbe, le photographe est, lui, possédé par sa photo, par la limite du réel qu'il doit transcender pour ne pas en devenir prisonnier.
Abbas   














     Inscrivez-vous


     Dès maintenant et restez informé
     de toute l'actualité photo !